Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
Quand seront-nous considérées "capables" d'exercer seules et sans aucune autorité au-dessus de nous?

Bien sûr, la prise en charge d'une personne âgée nécessite la collaboration de différents acteurs: médecin de famille ou spécialisé, kinésithérapeute, nutritionniste, ergothérapeute, et bien d'autres.
Je pense sincèrement que nous n'avons pas, en tant qu'aide-soignant, la prétention de tout savoir et de "tout pouvoir faire".
Nous sommes régulièrement confrontés à nos limites, et un danger imminent est rapidement pressenti lorsque l'on sent qu'une personne n'a pas un comportement habituel. Nous savons que nous ne détenons pas les connaissances qui permettent d'établir un diagnostic.
Mais lorsque'un patient est tombé chez lui nous sommes souvent les premiers soignants avertis.Et nous sommes capables de lister les symptômes éventuels afin de les transmettre.
Un travail d'équipe où diférentes forces se conjuguent et échangent permet de hisser un patient vers le haut.

Lorsque nous travaillons à domicile en SSIAD nous sommes sous l'autorité de l infirmière "coordinatrice".
Et le mot est bien choisi! Il s'agit de gérer les nouvelles prises en charges, de téléphoner aux familles, de rassurer, de justifier les horaires de passages des soignants (certains patients sont trèèès pointilleux), de faire les plannings, d'établir les évaluations du personnel, de contacter les autres organismes  intervenant à domicile (ADMR pour les aides-ménagères ou auxiliaires de vie, infirmiers libéraux,CLIC...)

Dans tout cela, peu de place pour les transmissions relatives à la santé des patients en question. Ce n'est pas une question de compétence, juste de pure logique.
Il faut dire que les gens étant chez eux, et le plus souvent accompagnés d'un aidant (conjoint, enfant...), prendre le téléphone pour appeler le 15, le 18 ou plus souvent le médecin généraliste reste un réflexe quand il y a chute ou hyperthermie.

Alors, pourquoi nous contraindre à travailler sous l'autorité d'une infirmière?

J'ouvre maintenant une petite parenthèse pour aborder le sujet des infirmiers libéraux.
Nous travaillons ensemble, et nous nous accordons si nécessaire sur l'horaire d'intervention, afin d'organiser au mieux notre tâche, et de servir au mieux le patient, bien sûr. Il y a parfois des "accidents" et même des différents personnels. Je me suis vue agacée par une infirmière qui avait la mauvaise habitude de ne pas jeter les pansements souillés et de les laisser traîner sur la table.
Les infirmiers sont payés à l'acte, donc c' est simple plus ils soignent de patients plus leur salaire est conséquent. Une bonne chose? Pas sûr, surtout dans ce domaine spécifique qu'est la santé et où les sujets concernés sont fragilisés ou malades.
D'autre part, lorsqu'il m'est arrivé de devoir "soigner" un patient (c'est à dire appliquer un produit médicamenteux) ,à chaque fois que je demandais l'avis à l'infirmière de passage, elle donnait un avis différent de celui que m'avait donné sa collègue sur le type de soin à executer, deux jours avant.
C'est ainsi que l'on s'est retrouvé un jour avec l'aide à domicile (qui nous aidait pour la toilette) chez cette dame, à ne plus savoir quoi penser. Une plaie avait valu la visite du médecin, qui avait fournit un protocole très précis; et un mois après il n'y avait pas eu d'amélioration mais 4 ou 5 types de soins avaient été promulgués car la plaie ne cicatrisait pas. Et lorsque j'avais pu demander l'avis de l'infirmière en regardant avec elle l'état de cette plaie, elle était aussi démunie que moi...
Parenthèse fermée.

Au sein de mon équipe je suis la seule à être génée à appliquer des médicaments lorsqu'ils n'ont pas été prescrits sur ordonnance avec une durée de traitement précise. Pourtant, l' application de Biafine ou Econazole sont chez certains patients quotidiens. Et nos "supérieurs" sont les premiers à nous conseiller d'utiliser ces médicaments dans un but de "prévention".

Nous en sommes à une troisième proposition de loi depuis 1993 soulevant la question du satut libéral de l'aide-soignant.


"L'aide- soignant exerce son activité sous la responsabilité de l'IDE, dans le cadre du rôle propre dévolu à celui-ci conformément aux articles R4311-3 à 4311-5 du Code de Santé Publique"


En attendant, ce sont de nombreuses personnes âgées qui se voient prises en charge par des personnes non formées . Faire une toilette à une personne âgée ne s'improvise pas. Manier un lève-malade ou un verticalisateur non plus. Quant aux règles d'hygiène, je n'ose aborder le sujet...
La liste d'attente est supérieure à un an concernant le service de soins infirmiers à domicile dans lequel je travaille. Il arrive que lorsqu'on appelle une famille inscrite pour proposer une place libre, la personne soit décédée.
Les besoins sont énormes, alors, pourquoi ne pas nous ouvrir les portes?


Partager cette page

Repost 0
Published by